Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
reveriesdelauremmanuelle.over-blog.com

reveriesdelauremmanuelle.over-blog.com

Mes rêveries à travers mes textes et mes photos.

Publié le par Laure-Emmanuelle (Laurem Lorelei)

Après avoir roulé jusqu'au lac de Château la Vallière, en soirée dans la lumière tombante, cherchant la quiétude à peine troublée des eaux, j'ai trouvé la tranquillité d'un paysage qui l'espace d'un moment ne semblait n'appartenir qu'à moi.
Loin d'une actualité qu'on nous assène à coups de télévision en mode répété, j'ai laissé filer les idées, celles qui ont tendance à tourner et qui empoisonnent l'esprit si tu les laisses s'installer.
Le fait est que beaucoup de choses trainent dans ma tête depuis que le confinement nous a été imposé. Comme beaucoup d'entre nous c'est évident !
Des angoisses mêlée à la colère.
Le confinement je suis encore dedans, personne à risque...oui...toujours en mesures d'isolement !
Mais ce qui est dingue dans cette histoire, c'est que d'une certaine façon j'ai déjà vécu cela, avec le crabe qui menaçait au-dessus de ma tête. Plus d'un an d'arrêt avant de me remettre sur pied. Aujourd'hui je suis en rémission, mais avec d'autres facteurs de risques et vous savez ?! Savoir qu'on est à risque c'est prendre la responsabilité de s'isoler alors qu'on n'est pas malade...mais c'est aussi raviver des choses que l'on essaye de garder derrière soi, se dire qu'on a déjà un capital vie fragilisé. C'est aussi du coup ne pas retourner au boulot auprès des collègues qui ont repris l'activité avec un sentiment étrange de culpabilité que tu t'empresses de chasser car après tout c'est tout un art de se préserver dans cette société.
Après avoir fait le plein de cette énergie auprès de mon lac favori, je suis rentrée dans ma maisonnée dont la terrasse ensoleillée m'a apporté les senteurs suaves de la journée.
Parfum de chèvrefeuille mêlé à celui du seringa plus lointain...dans la nuit tombante.
Et j'ai juste allumé une petite lumière dans le salon, ouvert le piano de papa, et je me suis laissée aller, improviser sur ces tonalités qui m'habitent depuis si longtemps.
Il était enfin l'heure d'aller sereinement se coucher...

Commenter cet article

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog